mercredi 28 novembre 2012

27 novembre 1942 la Flotte française se saborde à Toulon

 Vu aérienne de l'arsenal de Toulon lors du sabordage de la flotte. L'emplacement des navires sabordés est indiqué sur la photo. 

Le croiseur lourd Algérie incendié lors du sabordage.

Il y a juste 70 ans la flotte française rassemblée à Toulon se sabordait pour ne pas tomber aux mains des Allemands qui envahissaient la zone libre. (Un article complet est visible sur le blog Adhemar et également sur ce blog.
Alain

mardi 27 novembre 2012

La flotte de Wrangel, la fin du torpilleur Jivoyi

Torpilleur russe Burnyi identique au Jivoyi disparu en novembre 1920

J' ai eu l'occasion à plusieurs reprises d'évoquer ici la flotte du Général Wrangel évacuant de Crimée à Bizerte via Constantinople les russes blancs fuyant les bolcheviques en novembre et décembre 1920; en particulier; en vous parlant du navire atelier Vulcain, et du remorqueur Iroise.
La traversée de la flotte de Wrangel ne s'est pas fait sans perte par suite des conditions météorologiques épouvantables rencontrées par une flotte hétérogène de 126 navires dont une trentaine de navires de guerre navigant dans des conditions matérielles et humaines très difficiles, les navires en meilleur état remorquant les autres; les 130 000 réfugiés étant entassés sur les navires; une escadre française escortait cette flotte dans des conditions également très difficiles, un aviso français se perdit d'ailleurs sur les cotes de Lesbos. Aujourd'hui j'évoque la perte du torpilleur russe Jivoyi transportant 350 personnes à bord, équipage et réfugiés compris.

Le Jivoyi était un torpilleur du type Boikyi de 350 tonnes, lancé en 1904, semblable aux Jarky, Zorky et Zvonky qui seront internés à Bizerte; il avait quitté le port de Kertch sur la Mer Noire en remorque d'un autre bâtiment parce qu'il manquait de combustible; l'aussière de la remorque ayant cassée au cours de son remorquage par suite de l'état de la mer, il est parti à la dérive et n'a pas été retrouvé en dépit de recherches des avisos français Toul et Duchaffault, du charbonnier russe Dolland, et des torpilleurs russes Bespokoiny et Pilky; le 28 novembre l'aviso français Suippe reprend les recherches sur la cote ouest de la mer Noire également sans résultat; le Jivoyi ne sera jamais retrouvé, il a été déclaré coulé le 16 novembre 1920, jour de sa disparition.

Alain

lundi 26 novembre 2012

8 décembre 1914 : L'autre bataille des Falklands

 Le Scharnhorst, ayant encaissé au moins quinze obus de 305 mm, est en feu, prend du gîte et, à 16 h 04, il chavire, puis coule à 16 h 17. Tout sauvetage rendu impossible par le combat qui continue, il n'y a aucun survivant… Pendant ce temps, le reste de la flotte de Sturdee donne la chasse aux croiseurs légers allemands. Le Leipzig, en queue, est la première victime. Ralenti par les tirs du Glasgow, il finit par être à portée du Cornwall et, à 19 h, il est en feu, deux cheminées et son mât principal abattus, à court de munition, il tente une attaque à la torpille contre le Cornwall et son équipage se prépare à l'évacuation. Le Glasgow se rapproche alors et lui donne le coup de grâce.
Le Leipzig chavire et coule à 21 h 20 ; seuls 18 survivants seront repêchés.
Le Nurnberg (quatrième perte allemande, ne figure pas sur le timbre) est parti seul vers le sud-est avec dix milles d'avance sur son poursuivant, le HMS Kent, théoriquement moins rapide que lui. Mais, à force de prodiges, les mécaniciens britanniques, brûlant tout le bois disponible à bord, arrivent à lui faire donner 25 nœuds et le navire allemand, à la mer depuis plusieurs mois, ne peut donner sa vitesse maximum. À 17 h, le duel d'artillerie s'engage, dans un premier temps à l'avantage du Nurnberg, mais la distance faiblissant, le britannique mieux armé et mieux blindé prend l'avantage et, vers 17 h 30, deux chaudières du Nurnberg explosent, le laissant à la merci de son ennemi maintenant très supérieur en vitesse. À 19 h 26, il finit par chavirer, laissant seulement douze survivants.
Le Dresden parvient à échapper aux poursuites jusqu'au14 mars 1915. 
Nous avons déjà rencontré, dans ces pages, une guerre des Malouines, mais ces îles avaient déjà été le lieu d'une grande bataille que commémore ce timbre en forme de tableau de chasse. En effet, au cours de cette confrontation, le 8 décembre 1914, la Royal Navy ne perdit pas de bateau (10 morts et 19 blessés) alors que la marine impériale allemande fut anéantie perdant deux croiseurs cuirassés et deux légers ainsi que 1871 marins.
La bataille des Falklands est une bataille navale de la Première Guerre mondiale qui eut lieu au large des îles Malouines (Falkland Islands en anglais). L'escadre des croiseurs est-asiatique allemande, aux ordres du vice-amiral Maximilian von Spee, victorieux le mois précédent à la bataille de Coronel, y fut anéantie par les forces de l'amiral Frederick Charles Doveton Sturdee. Cette victoire écrasante de la Royal Navy mit fin à tout espoir allemand de menacer la navigation commerciale dans l'Empire britannique, autrement qu'avec des moyens sous-marins.
Des cinq navires allemands engagés, un seul survit à la journée, le Dresden. Il parvient à échapper aux poursuites jusqu'au14 mars 1915, quand le HMS Kent de la classe Monmouth et le Glasgow le découvrent avec ses machines en panne, dans l'archipel Juan Fernández. Le dernier navire allemand opérant outre-mer à cette époque, est le Königsberg, enfermé dans l'estuaire du fleuve Rufiji en Tanzanie.

mercredi 21 novembre 2012

Voyager avec Champollion

Champollion, des Messageries maritimes.
Lancé le 16 mars 1924 à La Ciotat, Champollion est affecté comme son sistership Mariette Pacha à la ligne rapide d'Egypte-Syrie (Alexandrie, Port-Saïd, Beyrouth). Il subit d'importantes transformations en 1934 (allongement, modification de l'avant et des turbines). A son bord ont voyagé nombre d'émigrants juifs se rendant en Palestine avant la guerre. Pendant la guerre, il sert de transport de troupes. (voir site Messageries maritimes)
Champollion a aussi été à l'affiche grâce à Sandy-Hook et Marin Marie.

Champollion d'avant 1951 (trois cheminées) vu par Sandy-Hook.

lundi 19 novembre 2012

Cargos en rade aux environs de Rouen

Cargos en rade à Croisset, aux environs de Rouen, lieu de résidence de Gustave Flaubert.


lundi 12 novembre 2012

Paquebot Corsica de la compagnie Fraissinet

Corsica : 79,5 m par 8,7 m, JB 1295 tx, PL 650 tonnes
2 hélices, machine de 2500 CV, 17,5 noeuds, 100 passagers en cabine.
Corsica, construit à Nantes en 1904. Acheté en 1906 par la compagnie Fraissinet à la compagnie Méditerranéenne de Navigation pour le service de Corse. Refondu en 1913 avec la suppression d'une des deux cheminées. Démoli en 1930 à la Spezia.

mercredi 7 novembre 2012

Le paquebot Brazza des Chargeurs réunis

Nous avons déjà parlé du paquebot Brazza de la compagnie des Chargeurs réunis sur ce blog. Le voici… en majesté.